Wim Fissette : « Flipkens est imprévisible »

Le premier tour de l’Australian Open qui opposera la petite Campinoise à la Britannique, dixième au classement WTA, ne manquera pas de piment.

Une Belge qui affronte une Britannique coachée par un Belge. Le premier tour de l’Australian Open qui opposera mardi à 11h locales Kirsten Flipkens (WTA 73) à Johanna Konta (WTA 10) ne manquera pas de piment. Ce sera également le cas pour Wim Fissette, le nouveau coach de la Britannique. « Oui, il s’agit d’un match particulier. Je connais bien Kirsten et je sais qu’elle est imprévisible », a-t-il confié.

Wim Fissette aura même une impression de déjà vu. C’est que l’an dernier, à l’Australian Open, il avait assisté, en tant que coach de Victoria Azarenka, à un premier tour contre Alison Van Uytvanck. À l’époque, la Bélarusse, devenue maman d’un petit Leo fin décembre, s’était imposée 6-0, 6-0 en 52 minutes. Le Trudonnaire ne s’attend pas à revivre pareil scénario.

« Kirsten l’a battue l’an dernier au tournoi de Monterrey. Cela signifie qu’il faudra être sur ses gardes », expliqua-t-il. « Je sais comment Kirsten va jouer, mais elle reste toujours difficile à manœuvrer. Avec son jeu, elle est capable d’ennuyer tout le monde. Je vais clairement le répéter à Johanna. On sait qu’il n’est jamais facile d’entrer dans un tournoi du Grand Chelem. Je m’attends à une belle bagarre. »

Déjà un titre à Sydney

Wim Fissette est en tout cas très content du début de sa collaboration avec Johanna Konta. Elle a d’ailleurs déjà été couronnée d’un premier succès, vendredi dernier, au tournoi WTA de Sydney.

« Quand on est capable de balayer Radwanska dans une finale, cela veut dire qu’on a du potentiel. Johanna est une fille qui sert très bien et est très agressive du fond du court. Elle est très passionnée aussi et avide d’apprendre. À l’entraînement, elle cherche même à ramener les balles qui sortent de quatre mètres. Cela se passe bien jusqu’ici et j’espère que cela va continuer. »

Il s’agira donc d’un sacré défi pour Kirsten Flipkens, dont le meilleur résultat à Melbourne fut une accession en huitième de finale lors de l’édition 2013, contre Maria Sharapova. La n°2 belge a bien réussi à battre Johanna Konta lors de leur dernière confrontation, en avril 2016 au tournoi de Monterrey, mais tracassée par une blessure au poignet droit, elle n’a pu gagner qu’un match cette année, contre la jeune Australienne Jaimee Fourlis (WTA 423) !

« Je n’ai pas eu beaucoup de réussite jusqu’à présent. À Auckland, je suis tombée au premier tour sur Konjuh, qui a atteint la finale, et à Hobart, j’ai rencontré Niculescu au deuxième tour, qui s’est également hissée en finale. Maintenant, cela n’a pas entaché ma confiance. Je trouve que je joue assez bien vu la situation. Et puis, je n’aurai rien à perdre. Elle aura beaucoup de points à défendre, vu qu’elle a atteint les demi-finales l’an dernier. »

« Je ne joue pas contre Wim »

Ce match aura également une connotation particulière pour Kirsten Flipkens. C'est que Johanna Konta a désormais comme coach un certain Wim Fissette, que la petite Campinoise connaît bien.

« C’est vrai que c’est spécial. Et ce n’est pas la première fois que cela arrive. J’ai déjà joué contre Halep et contre Azarenka du temps où il les coachait. Maintenant, je ne joue pas contre Wim. Je joue contre Konta. Il peut lui donner des conseils, des indications, mais c’est elle qui figure sur le terrain. »

Envoyée spéciale en Australie Barbara Simon

© 2015 Tous Azimuts